Vérifié contenu

Internet

Sujets connexes: sites Web et Internet

Saviez-vous ...

SOS Enfants, qui se déroule près de 200 sos écoles dans le monde en développement, a organisé cette sélection. Pour comparer les organismes de bienfaisance de parrainage ce est le meilleur lien de parrainage .

Internet
Centre
Le logo du web réalisé par Robert Cailliau
Inventeur Tim Berners-Lee
Robert Cailliau
Société CERN
Disponibilité Partout dans le monde

Le World Wide Web (WWW ou abrégé W3, communément appelé le Web), est un Système interconnecté documents hypertexte accessibles par l' Internet . Avec un navigateur web, on peut voir pages web qui peuvent contenir du texte, des images, des vidéos, et autres multimédia, et naviguer entre eux via hyperliens.

En utilisant des concepts de ses systèmes hypertextes antérieurs comme ENQUIRE, ingénieur britannique, chercheur en informatique et à ce employé à temps du CERN, Sir Tim Berners-Lee , aujourd'hui directeur de la World Wide Web Consortium (W3C), a écrit une proposition Mars 1989 pour ce qui allait devenir le World Wide Web. À CERN, un organisme de recherche européenne proche de Genève situé sur le sol suisse et française, Berners-Lee et informaticien belge Robert Cailliau a proposé en 1990 d'utiliser hypertexte "pour relier et accéder à des informations de toutes sortes comme un réseau de nœuds dans lequel l'utilisateur peut naviguer à volonté", et ils présenté publiquement le projet en Décembre de la même année.

Histoire

Le Informatique NeXT utilisé par Berners-Lee. L'étiquette manuscrite déclare: «Cette machine est un serveur. NE PAS éteignez-le !!"

Dans le numéro de mai 1970 du magazine Popular Science, Arthur C. Clarke prédit que les satellites seraient un jour »apportera les connaissances accumulées du monde à portée de main» à l'aide d'une console qui combinerait la fonctionnalité du photocopieur, téléphone, télévision et un petit ordinateur, permettant le transfert de données et la vidéoconférence dans le monde entier .

En Mars 1989, Tim Berners-Lee a écrit une proposition qui a référencé INFORMEZ, un projet de base de données et les logiciels qu'il avait construit en 1980 et décrit un système de gestion de l'information plus élaborée.

Avec l'aide de Robert Cailliau, il a publié une proposition plus formelle (le 12 Novembre 1990) pour construire un «projet Hypertext" appelé "WorldWideWeb" (un mot, aussi «W3») comme un "web" de "documents hypertextes" pour être vues par " navigateurs "en utilisant un architecture client-serveur. Cette proposition a estimé qu'une lecture seule web serait développé dans les trois mois et que cela prendrait six mois pour parvenir à "la création de nouveaux liens et de nouveaux matériels par les lecteurs, [afin que] la paternité devient universel» ainsi que «l'automatique notification d'un lecteur quand nouveau matériel d'intérêt pour lui / elle est devenue disponible. " Alors que la lecture seule objectif a été atteint, la paternité accessible de contenu Web a pris plus de temps pour mûrir, avec le wiki concept, blogs, Web 2.0 et RSS / Atom.

La proposition a été modélisé après la Dynatext SGML lecteur en livre électronique Technology, une spin-off de l'Institut de recherche en information et de bourses d'études à l'Université Brown. Le système Dynatext, autorisé par le CERN, était techniquement avancée et a été un acteur clé dans le prolongement de SGML ISO 8879: 1986 à l'intérieur Hypermédia HyTime, mais il a été jugé trop cher et avait une politique d'octroi de licences pour l'utilisation inappropriée dans la communauté de physique des hautes énergies général, à savoir une taxe pour chaque document et chaque document altération.

Le CERN datacenter en 2010 certains logements des serveurs WWW

Un Ordinateur NeXT a été utilisé par Berners-Lee comme le premier au monde le serveur web et également pour écrire le premier navigateur web, WorldWideWeb, en 1990. À Noël 1990, Berners-Lee avait construit tous les outils nécessaires pour un site Web de travail: la premier navigateur web (qui était un éditeur web ainsi); le premier serveur Web; et les premières pages, qui décrit le projet lui-même. Le 6 Août 1991, il a affiché un bref résumé du projet World Wide Web sur le alt.hypertext newsgroup. Cette date marque également les débuts du Web comme un service accessible au public sur Internet. Beaucoup newsmedia ont rapporté que la première photo sur le web a été transféré par Berners-Lee en 1992, une image de la maison bande CERN Les Horribles Cernettes prises par Silvano de Gennaro; Gennaro a renoncé cette histoire, écrit que les médias ont été "faussent totalement nos mots pour le bien de sensationnalisme pas cher." Le premier serveur hors d'Europe a été mis en place à la Stanford Linear Accelerator Centre (SLAC) à Palo Alto, en Californie, pour accueillir la Base de données SPIRES HEP-. Les récits diffèrent sensiblement quant à la date de cet événement. Le Wide Web Consortium mondial dit Décembre 1992, alors SLAC se prétend 1991. Cette hypothèse est étayée par un document du W3C intitulé Un peu d'histoire de la World Wide Web.

Le concept essentiel sous-jacente de hypertexte origine avec les anciens projets des années 1960, comme le système de montage (Hypertext HES) à l'Université Brown, Ted Nelson Projet Xanadu, et Douglas Engelbart de système en ligne (NLS). Les deux Nelson et Engelbart avait à son tour inspiré par Vannevar Bush base microfilms " memex ", qui a été décrit dans le 1945 essai" As We May Think ".

La percée de Berners-Lee était de se marier hypertexte à Internet. Dans son livre Tisser la toile, il explique qu'il avait indiqué à plusieurs reprises que le mariage entre les deux technologies était possible de membres des deux communautés techniques, mais quand personne ne prit son invitation, il a finalement abordé le projet lui-même. Dans le processus, il a développé trois technologies essentielles:

  1. un système d'identificateurs uniques au monde pour les ressources sur le Web et ailleurs, le document identifiant universel (UDI), plus tard connu comme localisateur de ressource uniforme (URL) et identifiant de ressource uniforme (URI);
  2. la langue de publication HyperText Markup Language (HTML);
  3. la Protocole de transfert hypertexte (HTTP).

Le World Wide Web a eu un certain nombre de différences avec les autres systèmes hypertextes qui étaient alors disponibles. Le Web ne exigeait que des liens unidirectionnels plutôt que ceux bidirectionnels. Cela a permis à quelqu'un de créer un lien vers une autre ressource sans action par le propriétaire de cette ressource. Elle a également réduit de façon significative la difficulté de la mise en œuvre de serveurs Web et les navigateurs (par rapport aux systèmes antérieurs), mais à son tour présenté le problème chronique de lien pourriture. Contrairement prédécesseurs tels que HyperCard, le World Wide Web était non exclusif, permettant de développer des serveurs et des clients de manière indépendante et d'ajouter des extensions sans licence restrictions. Le 30 Avril 1993, le CERN a annoncé que le World Wide Web serait libre de ne importe qui, sans redevances dues. Venant deux mois après l'annonce de la mise en œuvre du serveur de la protocole Gopher ne était plus libre d'utilisation, ce produit un changement rapide loin de Gopher et vers le Web. Un début de navigateur Web populaire était ViolaWWW pour Unix et le système de fenêtrage X .

Robert Cailliau, Jean-François Abramatic d' IBM , et Tim Berners-Lee lors de la 10e anniversaire de la Consortium World Wide Web.

Les chercheurs se accordent généralement que d'un point pour le World Wide Web tournant a commencé avec l'introduction de la Navigateur web Mosaic en 1993, d'un navigateur graphique développé par une équipe au National Center for Supercomputing Applications à la Université de l'Illinois à Urbana-Champaign (UIUC-NCSA), dirigé par Marc Andreessen. Financement pour Mosaic est venu de la US Computing haute performance et l'Initiative Communications et de la Communication Act de 1991 High Performance Computing, et l'un des plusieurs développements informatiques initiées par le sénateur américain Al Gore. Avant la libération de Mosaic, graphiques ont été généralement pas mélangés avec du texte dans les pages Web et la popularité du Web était moins anciens protocoles utilisés sur Internet, tels que Gopher et Wide Area Information Servers (WAIS). Interface utilisateur graphique de Mosaic a permis au Web de devenir, de loin, le protocole le plus populaire de l'Internet.

Le World Wide Web Consortium (W3C) a été fondée par Tim Berners-Lee, après avoir quitté l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) en Octobre 1994. Elle a été fondée à la Massachusetts Institute of Technology Laboratory for Computer Science (MIT / LCS de) avec le soutien du Défense Advanced Research Projects Agency (DARPA), qui avait été le premier à Internet; un an plus tard, un deuxième site a été fondé au INRIA (un ordinateur national de laboratoire de recherche français) avec le soutien du Commission européenne DG INFSO; et, en 1996, un troisième site continentale a été créée au Japon Université Keio. À la fin de 1994, tandis que le nombre total de sites Web était encore minute par rapport aux normes actuelles, un certain nombre de sites remarquables étaient déjà actifs, dont plusieurs sont des précurseurs ou d'inspiration pour les services les plus populaires aujourd'hui.

Relié par l'Internet existante, d'autres sites ont été créés dans le monde entier, ajoutant normes internationales pour noms de domaine et HTML. Depuis lors, Berners-Lee a joué un rôle actif dans l'orientation du développement des standards du web (tels que les langages de balisage dans lequel les pages Web sont composés), et au cours des dernières années a préconisé sa vision d'un Web sémantique. Le World Wide Web a permis la diffusion d'informations sur Internet via un format facile à utiliser et flexible. Elle a ainsi joué un rôle important dans la popularisation de l'utilisation d'Internet. Bien que les deux termes sont parfois confondu dans l'usage populaire, World Wide Web ne est pas synonyme d'Internet. Le Web est une collection de documents et les logiciels client et serveur en utilisant des protocoles Internet tels que TCP / IP et HTTP. Tim Berners-Lee a été anobli en 2004 par la reine Elizabeth II pour sa contribution à la World Wide Web.

Fonction

Les termes Internet et le World Wide Web sont souvent utilisés dans le langage courant, sans beaucoup de distinction. Cependant, l'Internet et le Web ne sont pas les mêmes. L'Internet est un système mondial de interconnecté réseaux informatiques. En revanche, le Web est l'un des services qui fonctionne sur Internet. Ce est une collection de documents de texte et d'autres ressources, liée par des liens hypertextes et des URL, généralement accessible par navigateurs Web de serveurs Web. En bref, le Web peut être considéré comme un application "marche" sur l'Internet.

Regarde un page sur le World Wide Web Web commence normalement soit en tapant la URL de la page dans un navigateur Web ou en suivant un lien hypertexte vers cette page ou ressources. Le navigateur Web lance ensuite une série de messages de communication, dans les coulisses, pour aller chercher et l'afficher. A titre d'exemple, envisager accès à une page avec l'URL http://example.org/wiki/World_Wide_Web.

Tout d'abord, le navigateur décide la partie serveur nom de l'URL (example.org) dans un adresse de protocole Internet en utilisant la base de données distribuée globalement connu sous le nom Domain Name System (DNS); Cette recherche renvoie une adresse IP telle que 208.80.152.2. Le navigateur demande alors la ressource en envoyant un requête HTTP à travers l'Internet à l'ordinateur à l'adresse particulière. Il fait la requête à un port d'une application particulière dans le sous-jacent Internet Protocol Suite afin que l'ordinateur qui reçoit la demande peut distinguer une requête HTTP à partir d'autres protocoles de réseau, il peut être l'entretien tels que la livraison e-mail; le protocole HTTP utilise normalement le port 80. Le contenu de la requête HTTP peut être aussi simple que les deux lignes de texte

 GET / wiki / World_Wide_Web HTTP / 1.1
 Hôte: example.org

L'ordinateur reçoit la demande HTTP délivre à logiciel de serveur Web écoute les demandes sur le port 80. Si le serveur Web peut répondre à la demande, il envoie une réponse HTTP au navigateur indiquant le succès, qui peut être aussi simple que

 HTTP / 1.0 200 OK
 Content-Type: text / html;  charset = UTF-8

suivie par le contenu de la page demandée. Le Hypertext Markup Language pour une page web de base ressemble



 Example.org - Le World Wide Web 


Le World Wide Web, en abrégé WWW et communément appelé ...

Le navigateur Web analyse le HTML, interpréter le balisage ( La plupart des pages Web contiennent hyperliens vers d'autres pages connexes et peut-être vers des fichiers téléchargeables, des documents sources, les définitions et d'autres ressources Web. Dans le HTML sous-jacent, un lien hypertexte ressemble

  Example.org, une encyclopédie libre
Représentation graphique d'une fraction de minute de la VMM, démontrant hyperliens

Une telle collection de ressources utiles, liées, reliés entre eux par des liens hypertextes est surnommé un web de l'information. Publication sur Internet a créé ce Tim Berners-Lee d'abord appelé le WorldWideWeb (dans sa version originale CamelCase, qui a été rejeté par la suite) en Novembre de 1990.

La structure de lien hypertexte du WWW est décrit par la webgraph: les noeuds du webgraph correspondent aux pages Web (ou URL) les bords dirigés entre elles à la hyperliens.

Au fil du temps, beaucoup de ressources web pointé par hyperliens disparaissent, déménager, ou sont remplacés par un contenu différent. Cela rend obsolètes les liens hypertexte, un phénomène appelé dans certains cercles lien pourriture et les hyperliens touchés par elle sont souvent appelés liens morts. La nature éphémère du Web a incité de nombreux efforts pour archiver les sites Web. Le Internet Archive, actif depuis 1996, est le plus connu de ces efforts.

Mises à jour dynamiques de pages Web

JavaScript est un langage de script qui a été initialement développé en 1995 par Brendan Eich, puis de Netscape, pour une utilisation dans des pages web. La version normalisée est ECMAScript. Pour rendre les pages Web plus interactif, certaines applications Web utilisent également des techniques telles que JavaScript Ajax ( JavaScript asynchrone et XML). Script côté client est livré avec la page qui peut faire des requêtes HTTP supplémentaires pour le serveur, soit en réponse aux actions des utilisateurs tels que les mouvements ou des clics de souris, ou en fonction du temps écoulé. Les réponses du serveur sont utilisés pour modifier la page en cours plutôt que de créer une nouvelle page à chaque réponse, de sorte que le serveur a seulement besoin de fournir des informations supplémentaires limitées. Plusieurs demandes Ajax peuvent être traitées en même temps, et les utilisateurs peuvent interagir avec la page lorsque les données sont récupérées. pages Web peuvent également régulièrement interroger le serveur pour vérifier si de nouvelles informations sont disponibles.

Préfixe WWW

Beaucoup de noms de domaine utilisés pour le World Wide Web commencent par www raison de la pratique de longue date de la désignation des hôtes Internet (serveurs) selon les services qu'ils fournissent. Le nom d'hôte pour un le serveur web est souvent www, de la même manière qu'il peut être un ftp Serveur FTP et NNTP nouvelles ou pour un USENET serveur de nouvelles. Ces noms d'hôtes apparaissent comme Domain Name System ou [serveur de nom de domaine] (DNS) noms sous-domaine, comme dans www.example.com. L'utilisation de «www» comme un nom de sous-domaine ne est pas tenu par aucune norme technique ou politique et de nombreux sites Web ne pas l'utiliser; en effet, le premier serveur web jamais été appelé nxoc01.cern.ch. Selon Paolo Palazzi, qui a travaillé au CERN avec Tim Berners-Lee, l'utilisation populaire des "www" sous-domaine était accidentelle; la page du projet World Wide Web a été destiné à être publié au www.cern.ch tout info.cern.ch devait être la page d'accueil du CERN, mais les enregistrements DNS ne ont jamais été activés, et la pratique de la précéder "www" à une le nom de domaine site web de l'institution a ensuite été copié. De nombreux sites utilisent encore établies "www", ou ils inventent les autres noms de sous-domaines tels que 'www2 »,« sécurisé », etc. Beaucoup de ces serveurs Web sont mis en place afin que les deux la racine du domaine (par exemple, example.com) et le www sous-domaine (par exemple, www.example.com) désigner le même site; d'autres exigent une forme ou l'autre, ou ils peuvent se appliquer à différents sites Web.

L'utilisation d'un nom de sous-domaine est utile pour l'équilibrage de charge du trafic Web entrant en créant un Enregistrement CNAME qui pointe vers un cluster de serveurs web. Etant donné que, actuellement, seulement un sous-domaine peut être utilisé dans un CNAME, le même résultat ne peut être obtenu en utilisant la racine du domaine nu.

Quand un utilisateur soumet un nom de domaine incomplète à un navigateur Web dans son champ de saisie de la barre d'adresse, certains navigateurs essaient automatiquement ajouter le préfixe "www" au début de celui-ci et éventuellement «.com», «.org» et «.net "à la fin, en fonction de ce qui pourrait être manquant. Par exemple, en entrant «Microsoft» peut être transformée à http://www.microsoft.com/ et «openoffice 'à http://www.openoffice.org. Cette fonction a commencé à apparaître dans les premières versions de Mozilla Firefox , quand il avait encore le titre de travail "Firebird" au début de 2003, à partir d'une pratique antérieure dans les navigateurs tels que Lynx. Il est rapporté que Microsoft a obtenu un brevet américain pour la même idée en 2008, mais seulement pour les appareils mobiles.

En Anglais, www est généralement interprété comme double-u double-u double-u. Certains utilisateurs prononcent dub-dub-dub, en particulier en Nouvelle-Zélande. Stephen Fry, dans sa série "Podgrammes" de podcasts, prononçant wuh wuh wuh. L'écrivain anglais Douglas Adams fois plaisanté en The Independent on Sunday (1999): "Le World Wide Web est la seule chose que je sais de qui forme abrégée prend trois fois plus de temps à dire que ce que ce est court pour". En mandarin, World Wide Web est généralement traduit par un phono-sémantique correspondant à Wan wǎng Wei ( 万维网), qui satisfait www et signifie littéralement, une traduction «filet dimensions multitude" qui reflète très justement le concept de conception et la prolifération de la World Wide Web. Les États espace web de Tim Berners-Lee que World Wide Web est officiellement orthographié comme trois mots distincts, chacun capitalisés, sans traits d'union intermédiaires.

L'utilisation du préfixe www est en déclin, Web 2.0 applications web cherchent à stigmatiser leurs noms de domaine et de les rendre facilement prononçable. Comme le Web mobile gagne en popularité, les services comme Gmail .com, MySpace.com, Facebook.com, Bebo.com et Twitter.com sont le plus souvent discutés sans ajouter www au domaine (ou, en effet, le .com).

prescripteurs Scheme: http et https

Le http régime de prescripteur: // ou https: // au début d'un site Web URI se réfère à Protocole de transfert hypertexte ou HTTP sécurisé respectivement. Contrairement www, qui n'a pas de but précis, ceux-ci spécifient le protocole de communication à utiliser pour la demande et la réponse. Le protocole HTTP est fondamentale pour le fonctionnement du World Wide Web et la couche de chiffrement ajouté en HTTPS est essentielle lorsque des informations confidentielles telles que mots de passe ou des renseignements bancaires doivent être échangés sur l'Internet public. navigateurs Web PREPEND généralement http: // à des adresses trop, si omis.

serveurs Web

La fonction principale d'un serveur Web pour fournir des pages web à la demande des clients. Cela signifie la livraison de documents HTML et un contenu supplémentaire qui peuvent être inclus par un document, comme des images, feuilles de style et de scripts.

Intimité

Chaque fois qu'une page Web est demandée à un serveur Web, le serveur peut identifier, et en général il se connecte, l'adresse IP à partir de laquelle la demande est arrivée. De même, si vous ne sélectionnez pas de le faire, la plupart des navigateurs Web enregistrent les pages Web qui ont été demandés et consultés dans une fonction de l'histoire, et le plus souvent cache une grande partie du contenu localement. Moins que le cryptage HTTPS est utilisé, les requêtes Web et les réponses voyagent en clair à travers l'Internet et ils peuvent être visualisés, enregistrées et mises en cache par des systèmes intermédiaires.

Quand une page Web demande, et l'utilisateur fournit, informations personnellement identifiables telles que leur vrai nom, adresse, adresse e-mail, etc., une connexion peut être faite entre le trafic Web en cours et cette personne. Si le site utilise des cookies HTTP , nom d'utilisateur et de mot de passe d'authentification, ou d'autres techniques de suivi, alors il sera en mesure de relier d'autres visites web, avant et après, les informations identifiables fournies. De cette manière, il est possible pour une organisation basée sur le Web pour développer et construire un profil des personnes individuelles qui utilisent son site ou des sites. Il peut être en mesure de construire un record pour un individu qui comprend des informations sur leurs activités de loisirs, leurs intérêts commerciaux, leur profession, et d'autres aspects de leur profil démographique. Ces profils sont évidemment d'un intérêt potentiel pour les annonceurs et les marketeurs, autres. Selon le site web termes et conditions et les lois locales qui se appliquent à partir de ces informations profils peuvent être vendus, partagés ou transmis à d'autres organismes sans que l'utilisateur soit informé. Pour beaucoup de gens ordinaires, cela signifie peu plus que certains e-mails inattendus dans leur boîte de réception, ou un peu de publicité étrangement pertinente sur un avenir page Web. Pour d'autres, cela peut signifier que le temps passé livrant un intérêt inhabituel peut entraîner un déluge de commercialisation plus ciblée qui risquent d'être malvenus. Organismes répressifs, contre le terrorisme et d'espionnage peuvent également identifier, cibler et suivre les individus en fonction de ce qui semble être leurs intérêts ou penchants sur le web.

Sites de réseaux sociaux font un point d'essayer d'obtenir l'utilisateur d'exposer franchement leurs vrais noms, les intérêts et les lieux. Cela rend l'expérience de réseautage social plus réaliste et donc se engager pour tous leurs utilisateurs. D'autre part, les photographies téléchargées et déclarations faites sans surveillance seront identifiés à l'individu, qui peut regretter quelques décisions de publier ces données. Les employeurs, les écoles, les parents et autres proches peuvent être influencés par les aspects de profils de réseaux sociaux que l'affichage particulier n'a pas l'intention de ces audiences. Intimidateurs en ligne peuvent utiliser des renseignements personnels pour harceler ou traquer les utilisateurs. Sites de réseaux sociaux modernes permettent un contrôle plus fin des paramètres de confidentialité pour chaque annonce individuelle, mais ceux-ci peuvent être complexes et pas facile à trouver ou utiliser, surtout pour les débutants.

Les photographies et les vidéos postées sur les sites Web ont causé des problèmes particuliers, car ils peuvent ajouter le visage d'une personne à un profil en ligne. Avec moderne et potentiel technologie de reconnaissance faciale, il peut alors être possible de relier ce visage avec d'autres, précédemment anonymes, des images, des événements et des scénarios qui ont été imagées ailleurs. En raison de l'image mise en cache, la mise en miroir et la copie, il est difficile de supprimer une image de la World Wide Web.

Propriété intellectuelle

Les droits de propriété intellectuelle pour tout travail créatif repose d'abord avec son créateur. Les internautes qui veulent publier leurs travaux sur le World Wide Web, cependant, doivent être au courant des détails de la façon dont ils le font. Si des photographies, écrits, poèmes, ou des innovations techniques sont publiées par leur créateur sur un serveur web privé, alors ils peuvent choisir la droit d'auteur et d'autres conditions librement eux-mêmes. Ce est inhabituel si; travailler plus couramment est téléchargé sur les sites Web et les serveurs qui appartiennent à d'autres organisations. Il dépend des termes et conditions du site ou du prestataire de services dans quelle mesure le propriétaire original signe automatiquement sur les droits à leur travail par le choix de la destination et par l'acte de téléchargement.

Beaucoup d'utilisateurs de l'Internet croient à tort que tout ce qu'ils peuvent trouver en ligne est disponible gratuitement pour eux comme si ce était dans le domaine public. Ce ne est presque jamais le cas, à moins que le site Web publiant le travail indique clairement que ce est. D'autre part, les propriétaires de contenu sont conscients de cette croyance largement répandue, et se attendent à ce que tôt ou tard, presque tout ce qui est publié sera probablement utilisé dans une certaine mesure, quelque part sans leur permission. De nombreux éditeurs intègrent donc visible ou invisible filigranes numériques dans leurs fichiers multimédias, de charge parfois aux utilisateurs de recevoir des copies non marquées à l'utilisation légitime. Gestion des droits numériques comprend des formes de la technologie de contrôle d'accès qui limitent encore l'utilisation de contenu numérique, même après qu'il a été acheté ou téléchargé.

Sécurité

Le Web est devenu la voie privilégiée par les criminels pour répandre malware. Cybercriminalité effectuée sur le Web peut inclure le vol d'identité, la fraude, l'espionnage et la collecte de renseignements. Basé sur le Web vulnérabilités sont maintenant plus nombreuses préoccupations traditionnelles de la sécurité informatique, et telle que mesurée par Google , environ un sur dix pages Web peuvent contenir du code malveillant. La plupart Web attaques ont lieu sur des sites Web légitimes, et la plupart, telle que mesurée par Sophos, sont hébergés aux États-Unis, la Chine et la Russie. Le plus commun de tous les logiciels malveillants menaces est Des attaques par injection SQL contre les sites Web. Grâce HTML et le Web URI était vulnérable aux attaques comme cross-site scripting (XSS) qui est venu avec l'introduction de JavaScript et ont été exacerbés dans une certaine mesure par le Web 2.0 et Ajax conception de sites Web qui favorise l'utilisation de scripts. Aujourd'hui selon une estimation, 70% de tous les sites sont ouverts aux attaques XSS sur leurs utilisateurs.

Les solutions proposées varient à l'extrême. Les éditeurs de sécurité comme les grandes McAfee concevoir déjà gouvernance et de conformité pour répondre aux suites post-9/11 réglementation, et certains, comme Finjan ont recommandé actif inspection en temps réel du code et tout le contenu indépendamment de sa source. Certains ont soutenu que pour les entreprises de voir la sécurité comme une occasion d'affaires plutôt que d'un centre de coûts, «omniprésent, toujours sur la gestion des droits numériques" forcée dans l'infrastructure par une poignée d'organisations doivent remplacer les centaines d'entreprises qui aujourd'hui des données et réseaux sécurisés . Jonathan Zittrain a dit utilisateurs partageant la responsabilité pour calculer la sécurité est de loin préférable à verrouiller l'Internet.

Normes

Beaucoup de normes formelles et autres spécifications techniques et des logiciels définissent le fonctionnement des différents aspects de la World Wide Web, l'Internet, et l'échange d'informations de l'ordinateur. Beaucoup de documents sont l'œuvre de la Consortium World Wide Web (W3C), dirigé par Tim Berners-Lee, mais certains sont produits par le Internet Engineering Task Force (IETF) et d'autres organisations.

Habituellement, lorsque les normes Web sont discutées, les publications suivantes sont considérées comme fondamental:

  • Recommandations pour les langages de balisage , en particulier HTML et XHTML, du W3C. Celles-ci définissent la structure et l'interprétation des documents hypertextes.
  • Recommandations pour feuilles de style, en particulier CSS, du W3C.
  • Normes pour ECMAScript (généralement sous la forme de JavaScript), à partir de Ecma International.
  • Recommandations pour le Modèle Objet de Document, du W3C.

D'autres publications fournissent des définitions des autres technologies essentielles pour le World Wide Web, y compris, mais sans s'y limiter, ce qui suit:

  • (Uniform Resource Identifier URI), qui est un système universel pour le référencement des ressources sur Internet, tels que des documents hypertextes et des images. URI, souvent appelés URL, sont définis par l'IETF de RFC 3986 / STD 66: Uniform Resource Identifier (URI): Generic Syntax, ainsi que ses prédécesseurs et de nombreux URI régime définissant RFC;
  • HyperText Transfer Protocol (HTTP), en particulier tel que défini par RFC 2616: HTTP / 1.1 et RFC 2617: l'authentification HTTP, qui spécifient comment le navigateur et le serveur se authentifient mutuellement.

Accessibilité

Il existe des méthodes disponibles pour l'accès au Web dans les médiums et les formats de rechange, afin de permettre l'utilisation par des personnes handicapées. Ces handicaps peuvent être visuel, auditif, physique, le discours, cognitif, neurologique, ou une combinaison de therin. fonctions d'accessibilité permettent également d'autres ayant des incapacités temporaires comme un bras cassé ou vieillissement de la population que de leurs aptitudes changent. Le Web est utilisé pour recevoir des informations ainsi que de fournir des informations et d'interagir avec la société. Le World Wide Web Consortium affirme qu'il est essentiel que le Web soit accessible afin de fournir l'égalité d'accès et de l'égalité des chances pour les personnes handicapées. Tim Berners-Lee a déjà fait remarquer, «Le pouvoir du Web réside dans son universalité. Accès à tous, indépendamment du handicap est un aspect essentiel." De nombreux pays réglementent l'accessibilité du Web comme une exigence pour les sites web. La coopération internationale dans le W3C Web Accessibility Initiative a conduit à des directives simples que les auteurs de contenu Web ainsi que les développeurs de logiciels peuvent utiliser pour rendre le Web accessible aux personnes qui peuvent ou peuvent ne pas être à l'aide la technologie d'assistance.

Internationalisation

Le W3C Internationalisation activité assure que la technologie Web fonctionnera dans toutes les langues, les scripts et les cultures. À partir de 2004 ou 2005, Unicode a gagné du terrain et finalement en Décembre 2007 a dépassé à la fois ASCII et de l'Europe occidentale comme le plus fréquemment utilisé de le Web codage de caractères. Initialement ressources RFC 3986 a permis d'être identifiés par URI dans un sous-ensemble de l'US-ASCII. RFC 3987 permet plusieurs caractères-ne importe quel caractère dans le Universal Character Set-et maintenant une ressource peut être identifié par IRI dans ne importe quelle langue.

Statistiques

Entre 2005 et 2010, le nombre des utilisateurs du Web a doublé, et devrait dépasser deux milliards en 2010. Les premières études en 1998 et 1999 l'estimation de la taille du Web en utilisant la capture / recapture ont montré que la plupart des web n'a pas été indexés par la recherche moteurs et le Web était beaucoup plus grande que prévu. Selon une étude de 2001, il y avait un très grand nombre, plus de 550 milliards, des documents sur le Web, la plupart du temps dans le Web invisible, ou Web profond. Une enquête de 2024 millions de pages Web 2002 a déterminé que, de loin, le contenu Web le plus était en langue anglaise: 56,4%; prochaine étaient pages en allemand (7,7%), français (5,6%) et japonais (4,9%). Une étude plus récente, qui a utilisé recherches sur le Web en 75 langues différentes pour échantillonner le Web, déterminé qu'il y avait plus de 11,5 milliards de pages Web dans le Web indexables au public à la fin de Janvier 2005. En Mars 2009, le web indexables contient au moins 25210000000 pages. Le 25 Juillet 2008, Google ingénieurs logiciels Jesse Alpert et Nissan Hajaj annoncé Recherche Google avait découvert un billion URL uniques. En mai 2009, plus de 109,5 millions de domaines exploités. Parmi ces 74% étaient des sites commerciaux ou autres opérant dans le .com Domaine de premier niveau générique.

Statistiques mesure la popularité d'un site web sont habituellement fondées sur le nombre de pages vues ou sur le serveur associé » hits »(demandes de fichiers) qu'il reçoit.

problèmes de vitesse

Frustration plus les problèmes de congestion dans l'infrastructure Internet et le haut latence qui se traduit par la navigation lente a conduit à un nom péjoratif pour le World Wide Web: le World Wide Wait. Accélérer l'Internet est une discussion en cours sur l'utilisation de peering et Technologies QoS. Autres solutions pour réduire la congestion peuvent être trouvés à W3C. Lignes directrices pour les temps de réponse Web sont:

  • 0,1 secondes (un dixième de seconde). Idéal temps de réponse. L'utilisateur ne détecte pas toute interruption.
  • 1 seconde. Plus le temps de réponse acceptable. Le temps de téléchargement ci-dessus 1 seconde interrompent l'expérience utilisateur.
  • 10 secondes. Inacceptable temps de réponse. L'expérience utilisateur est interrompue et l'utilisateur est susceptible de quitter le site ou d'un système.

Caching

Si un utilisateur revisite une page Web après seulement un court intervalle, les données de page ne peuvent pas besoin d'être ré-obtenue du serveur Web source. Presque tous les navigateurs web cache récemment obtenu des données, généralement sur le disque dur local. requêtes HTTP envoyés par un navigateur demandent généralement que pour les données qui ont été modifiées depuis le dernier téléchargement. Si les données mises en cache localement sont toujours d'actualité, ils seront réutilisés. La mise en cache permet de réduire la quantité de trafic Web sur Internet. La décision sur l'expiration se fait indépendamment pour chaque fichier téléchargé, que ce soit l'image, feuille de style, JavaScript, HTML, ou autre ressource Web. Ainsi, même sur des sites à contenu hautement dynamique, la plupart des ressources de base ont besoin d'être rafraîchi qu'occasionnellement. concepteurs de site Web trouver utile de rassembler les ressources telles que les données de CSS et JavaScript dans quelques fichiers ensemble du site afin qu'ils puissent être mis en cache efficacement. Cela permet de réduire les temps de téléchargement de pages et réduit la demande sur le serveur Web.

Il ya d'autres composantes de l'Internet qui peut mettre en cache du contenu Web. Entrepreneurial et académique pare-feu souvent des ressources Web de cache demandé par un utilisateur pour le bénéfice de tous. (Voir aussi serveur proxy cache). Certains moteurs de recherche stockent également contenu mis en cache des sites Web. Outre les équipements intégrés dans les serveurs Web qui peuvent déterminer si les fichiers ont été mis à jour et donc besoin d'être re-envoyé, les concepteurs de pages Web générées dynamiquement peuvent contrôler les en-têtes HTTP renvoyés aux utilisateurs demandent, afin que les pages transitoires ou sensibles ne sont pas mis en cache. Les sites Internet bancaires et de nouvelles utilisent fréquemment cette installation. Données demandées avec un HTTP "GET" est susceptible d'être mis en cache si d'autres conditions sont remplies;les données obtenues en réponse à une 'POST' sont supposées dépendre sur les données qui a été publié et est donc pas mis en cache.

Récupéré à partir de " http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=World_Wide_Web&oldid=544124550 "